mood

Puisqu’on annule tout, on pourrait aussi bien annuler 2020. Je veux dire au point où on en est.

J’essaie de faire des semaines qui passent quelque chose d’utile quand même hein, j’essaie vraiment d’optimiser tout ça pour la suite, mais des fois j’ai quand même la sensation qu’un punching ball me soulagerait. A défaut d’une longue marche dans la forêt de notre mère la terre.

Ce printemps c’était un peu la finalisation de plein de choses mises en route pour tout ce que j’ai à rattraper. La dernière ligne droite d’un long chemin avant un autre, encore plus lumineux, encore plus au bon endroit dans le monde. Ce moment crucial juste après la prise de conscience finale, de la chance qu’on peut avoir, de ce qu’on a entre les mains, pour reprendre le pouvoir. Accompagnement en vue d’une reconversion, ma grand-mère à la maison, faire pour la première fois un vrai truc chouette pour mon anniversaire, voir enfin les Strokes en concert, et d’autres trucs plus perso… C’est pas que je faisais rien de ma vie avant hein, bien au contraire, mais ce printemps devait avoir quelque chose de solennel, de symbolique, dans la lignée de la prise de conscience et de la concrétisation de certaines choses dans ma vie. En tout cas je voyais ça comme ça. Au lieu de ça il cristallise plein de choses avec tant de violence que même s’il en sort ensuite du meilleur, je ne suis pas sûre de savoir à quoi ça ressemblera, tant une partie de moi écume de rage, là maintenant. Ce sera du concentré, du non-dilué, et ma patience et ma diplomatie habituelles pourraient bien se faire plus discrètes dorénavant. En tout cas pour tout ce qui ne compte pas vraiment.

Une chose est sûre après tout ça j’aurai encore moins de temps et d’énergie à perdre avec pas mal de conneries. Et ma vie va être encore plus la mienne mais alors d’une force incommensurable.

En attendant si comme moi tu as de temps en temps besoin de te nettoyer de tout le bullshit ambiant, tu peux écouter le nouvel album des Strokes qui est sorti il y a quelques jours. Au moins cette période innommable aura pour bande-son un truc qui poutre. A jouir de beauté, de poésie, de sens de la mélodie et de l’arrangement, de puissance, de sensualité, d’humanité 🔥

THE STROKES – THE NEW ABNORMAL

Comment la vie peut être parfois aussi pourrie et d’autres fois aussi magnifique, ça me dépassera toujours.

 

(clic sur les images pour les voir en plus grand)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑